lundi 17 juillet 2017

Les furies de Lauren Groff

Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils pour la plupart. D'omissions. Si tu devais exprimer ce que tu penses au quotidien de ton conjoint, tu réduirais tout en miettes. Elle n'a jamais menti. Elle s'est contenté de ne pas en parler. 

Mathilde et Lotto se rencontrent à l'université. C'est un vrai coup de foudre. Mais cette rencontre est-elle si spontanée qu'elle le parait? De même, cette relation impossible entre Lotto et sa mère n'est-elle vraiment due qu'au caractère difficile de la mère? Quant au succès de Lotto en tant que dramaturge, à qui le doit-on vraiment?

J'avais beaucoup entendu parlé de ce roman et souvent en des termes très élogieux. Je l'avais offert à Marjorie, ce qui m'avait permis d'y jeter un coup d’œil et en lisant une page, il m'a semblé que ce roman n'était pas pour moi. Puis, Marjorie me l'a prêté, Laure m'a proposé une lecture commune et la motivation de m'y mettre vraiment est finalement venue. Et tant mieux. J'ai aimé le début centré sur Lotto, puis ai ressenti une légère pointe d'ennui à un moment, Lotto finissant par être une personnage trop superficiel pour m'emporter. C'est évidemment intentionnel. Puis nous passons à Mathilde et là, l'ensemble reprend vie, à la fois parce qu'on découvre la facette cachée de la vie de Mathilde avant sa rencontre avec Lotto et son caractère bien trempé. J'ai adoré ce personnage de femme qui n'est pourtant pas aimable au sens premier du terme mais c'est une femme qui prend sa vie en main de bout en bout jusqu'à ce qu'un élément lui échappe. C'est un roman que, comme Barack Obama,  je vous recommande alors que j'avais abandonné l'un de ses romans précédents, Les monstres de Templeton. Il y a des phrases très justes qui ont su me parler:
Elle se surprit à penser que la vie avait une forme conique, le passé s'évasait à mesure qu'il s'éloignait du moment présent, à la pointe du cône. Plus on vivait, plus la base s'élargissait, de sorte que des blessures ou des trahisons, quasi imperceptibles au moment où elles s'étaient produites, s'étiraient comme des points minuscules sur un ballon de baudruche qu'on gonfle peu à peu. Une petite tache sur l'enfant frêle se transformait une une difformité énorme sur l'adulte, impossible à franchir et aux bords effrangés. 

Publié en janvier 2017 chez Gallimard- 426 pages
Merci à Laure et Marjorie pour les raisons citées plus haut. Merci Max, c'est ton enthousiasme qui m'a convaincue. 
A conseiller - encore et toujours- aux amateurs de personnages féminins inoubliables. 

15 commentaires:

  1. Je l'ai emprunté à la bibliothèque et je l'ai rendu après avoir lu quelques pages. Ce n'était pas le moment. Je lui donnerai une deuxième chance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça aurait aussi pu m'arriver à un autre moment.

      Supprimer
  2. Il fait déjà partie de ma (longue) LAL, ton avis en rajoute une couche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux. Par contre, il faut bien se rappeler que ça démarre plutôt lentement.

      Supprimer
  3. Je partage ton avis sur le personnage de Mathilde, même si je n'avais pas compris pourquoi au début ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un personnage que je vais garder en mémoire pendant un moment. Merci pour cette lecture commune, Laure!

      Supprimer
  4. Noté sur la liste de bibli, on verra ça. Les avis de blogs diffèrent parfois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais je crois n'avoir vu que des bémols, jamais d'avis négatifs.

      Supprimer
  5. Tu crois qu'il me plairait ? J'ai quelques doutes avant le coup...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, j'émets des doutes aussi. Tu me surprends parfois à aimer ou ne pas aimer des romans (je sais que l'inverse est vrai, je pense à En attendant Bojangles). A priori, je serais tentée de te le déconseiller.

      Supprimer
  6. Un personnage féminin inoubliable ? C'est tentant mais je le retrouve pas trop dans ce que tu dis...mais tu as raison de ne pas trop en dire !

    RépondreSupprimer
  7. Il a fallu insister pour que tu le lises. Mais ce fut une bonne idée.

    RépondreSupprimer
  8. Pourquoi pas s'il croise ma route. Recommandé par Obama + toi + Laure, trois bonnes raisons de le lire.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai beaucoup aimé, pour le style et l'histoire du couple au début, et ensuite la dernière partie m'a époustouflée ! Quel personnage cette Mathilde, exceptionnelle.

    RépondreSupprimer