mardi 31 octobre 2017

Les petites chaises rouges d'Edna O'Brien

On ne connaît pas les autres. Ils sont une énigme. On ne les connaît pas, surtout ceux avec qui nous sommes les plus intimes, parce que l'habitude nous trouble et l'espoir nous aveugle sur la vérité. 

Fidelma est mariée à un homme bien plus vieux qu'elle, qui l'a sortie de la pauvreté dans laquelle elle était née en tombant amoureux d'elle et en l'épousant. Quand un guérisseur nommé Vladimir Dragan, originaire du Monténégro, s'installe dans son hameau irlandais, elle tombe immédiatement sous son charme. Débute alors une liaison qui finira en tragédie puisque Vlad est vite arrêté pour les monstruosités commises à Sarajevo (je ne dévoile pas la fin en l'écrivant, le lecteur l'apprend très vite). Ce sont les conséquences de cet amour qu'Edna O'Brien dissèque. 
Ouvrir un livre d'Edna O'Brien, c'est retrouver un univers dans lequel il faut accepter d'entrer par immersions successives. Celle qui m'a prêté ce roman, avec qui j'en ai ensuite longuement discuté, utilise un adjectif que je lui emprunte de plus en plus souvent: "clivant". On peut dire qu'Edna O'Brien est une auteure clivante, comme l'ont prouvé les avis divergents du jury du Prix des lectrices de Elle qui m'avait permis de la découvrir. Elle procède par circonvolutions pour construire son récit, tournant autour du point où elle souhaite nous mener, nous perdant parfois en route. Mais j'aime me perdre entre ses lignes. Lors de notre debriefing, nous avons remarqué que chacune de nous avait oublié des passages du livre, tant il est difficile de se concentrer sur tout. Et peu importe. Ce roman traite du sentiment de culpabilité lié au fait d'aimer un monstre, d'avoir manqué de lucidité dans le choix amoureux et sur la difficulté de s'en remettre. Certaines scènes sont très fortes, comme si elles étaient les points vers lesquels tous ces détours devaient nous mener. Et puis, lire Edna O'Brien, c'est n'avoir aucun doute quant au fait que nous lisons bien un objet littéraire. A 85 ans, l'auteure n'a rien perdu de son talent.

Traduit de l'anglais (Irlande) par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat, éd. Sabine Wespieser, 376 p. Publié en septembre 2016. 

Merci à Celle qui m'a prêté ce roman (je sens que ce billet marque le début d'une belle histoire d'échanges littéraires) et qui m'a donné envie de ressortir ma machine à coudre qui n'avait pas encore servi en 2017. Merci aussi pour les échanges qui ont suivi la lecture et pour m'avoir signalé que ce roman s'inspirait de Radovan Karadzic, le "monstre" de Sarajevo.  
A déconseiller aux femmes enceintes, à cause de la scène qui est  pour moi la plus marquante du roman. 


20 commentaires:

  1. Tu m'intrigues... Comme il n'y a aucune chance que je tombe enceinte, j,ai envie de tenter le coup. Et puis, j'ai envie depuis longtemps de découvrir cette auteure clivante.
    Le sujet semble très fort. Une seule question: est-ce qu'on s'y perd trop? et trop souvent?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la, tu t'avances peut-être, il ne faut jamais dire jamais. ;-)
      On s'y perd souvent mais jamais trop. Il y a un fil conducteur et une intrigue, c'est juste que sa manière de fonctionner ne semble pas être une route droite et c'est aussi son charme.

      Supprimer
  2. Je ne l'ai jamais lue mais il va falloir que j'essaie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, il le faudrait. Il faut juste être préparée à ce qui peut paraître une difficulté.

      Supprimer
  3. Je l'avais noté à sa sortie, c'est bien que tu me le remettes en mémoire, je pense qu'il est à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que parfois, les billets un an après la sortie d'un roman peuvent être utiles.

      Supprimer
  4. J'ai essayé une fois un de ses romans (dont j'ai oublié le titre) et j'ai abandonné en route. A te lire, je me rappelle pourquoi : je déteste les circonvolutions, ce n'est pas la peine de tourner autour du pot, mieux vaut aller directement à l'essentiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends très bien que cette auteure ne soit pas pour tout le monde. Par contre, j'avoue que ton commentaire m'a fait sourire: comment appelles-tu ce que ton auteur français préféré passe son temps à faire au fil de ses romans? "Circonvolutions" te semblerait-il peu approprié pour décrire son travail?

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Je crois qu'elle les a même dépassés. Il me semble qu'elle est née en 1930.

      Supprimer
  6. Je suis intriguée et comme je suis curieuse j'ai envie de découvrir cette auteure. Merci pour la découverte

    RépondreSupprimer
  7. Je ne crois pas avoir lu cette auteure. Mais pourquoi pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est intéressante mais pas forcément accessible.

      Supprimer
  8. Tu me donnes envie de me plonger dans ses erreurs :-)

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Valérie, en parlant de "clivant", je suis à l'opposé de ton avis. J'ai lu ce roman (c'était le premier que je lisais de Mme O'Brien) et j'avoue n'avoir pas trop aimé sauf le début. Je me suis perdue en cours de route. Dommage pour moi. (Je n'ai pas écrit de billet). Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  10. Je le tenterai bien afin de me faire une idée sur cette plume.

    RépondreSupprimer

Le ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Dumas

... leur plus grande douleur et leur plus grande joie confondues jusque dans leur définition devenue unique mais innommable faute d'...