mardi 7 novembre 2017

Un loup pour l'homme de Brigitte Giraud

Antoine aurait préféré que Lila ne reste pas sur le quai de la gare. Il l'a dit mais elle n'a pas voulu entendre. Il est debout derrière la vitre, entouré d'autres gars, et il la voit qui reste figée. Il voudrait qu'elle s'en aille, qu'il n'ait pas sous les yeux le regard qui appelle. C'est violent d'aimer dans ces moments-là. 

Antoine est appelé sous les drapeaux en 1960. Mais le drapeau  français flotte alors sur des terres lointaines et le voilà en Algérie, juste après que sa femme ait découvert sa grossesse, elle qui ne souhaite pas du tout être enceinte alors que son mari ne peut être auprès d'elle. Antoine ne va pas au combat puisqu'il est infirmier mais il va prendre de plein fouet les conséquences des combats et s'attacher à Oscar, amputé et mutique.

De l'auteure, j'avais aimé Une année étrangère et je l'avais vue au festival Terres de Paroles dans une lecture musicale avec Albin de la Simone qui m'avait beaucoup plu. Je n'ai pas ressenti le même enthousiasme ici. La relation entre les deux hommes est touchante mais cela ne m'a pas suffi; j'ai trouvé le roman un peu trop "léger", manquant d'aspérité aussi peut-être et j'ai fini par m'ennuyer. Reste cette phrase que comprendront ceux qui ont eu, dans leur famille, un ancien de la guerre d'Algérie :

Il y a ceux qui auront fait l'Algérie, et les autres. 

Publié le 23 août 2017 chez Flammarion. 245 pages.

Lu en marge du prix Femina des lycéens. Merci aux élèves de 1ère L. 
A conseiller à ceux qui aiment les amitiés masculines pas trop viriles. 

26 commentaires:

  1. Ton avis est plus tiède que celui d'Antigone. Je verrai éventuellement à la bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu assez peu d'avis sur ce titre, je ne sais pas si dans l'ensemble, il plait.

      Supprimer
  2. Même si tu l'as trouvé trop léger, je le garde présent à l'esprit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, ne laisse pas mon manque d'enthousiasme te refroidir.

      Supprimer
  3. Tu m'intrigues malgré ton avis mitigé. Je n'ai jamais lu cette auteure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lis plutôt Une année étrangère alors.

      Supprimer
  4. Oui, effectivement, cette phrase me parle. On a beau faire tous les efforts possibles pour essayer de comprendre, on est bien loin de la réalité. Et comme pour toutes les guerres, il est facile de porter un jugement après coup.

    RépondreSupprimer
  5. C'est toujours quand il y a quelques aspérités, le trop lisse ennui trop vite !

    RépondreSupprimer
  6. Pour une fois, je ne vais pas à contre-courant : je me suis ennuyé avec cette lecture aussi !
    Bonne fin de soirée.

    RépondreSupprimer
  7. Deuxième avis peu enthousiaste que je lis sur ce roman en une soirée. C'est bien, vous faites du tri pour moi.^^

    RépondreSupprimer
  8. J'ai découvert l'auteure avec ce roman que j'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il t'a plu, tu risques de beaucoup aimer les autres.

      Supprimer
  9. Sujet très en vogue , la guerre en général, celle-là aussi. Pour les amitiés peu viriles, ça pourrait me plaire mais globalement non .
    Joli marque-pages !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que je commence à saturer du sujet, je t'avoue mais pas vraiment de celui de la guerre d'Algérie parce que je me demande si ce n'est pas le premier que je lis vraiment sur le conflit.

      Supprimer
  10. Tu as raison, ce livre est beaucoup plus léger que ses précédents. Je te conseille de les découvrir, notamment "Avoir un corps" par exemple... ;) J'avais vu moi aussi ce moment avec Albin de la Simone, très joli moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étonnant tout de même avec un tel thème. Je note ton titre, je me demande si elle n''est pas meilleure dans des récits plus féminins.

      Supprimer
  11. Je ne connais pas cette auteure, mais commencer par ce roman, pourquoi pas, même si apparemment, d'après l'analyse que tu en fais, il n'est pas trop exaltant, mais j'aime m'en faire une idée personnelle, surtout que c'est le premier et donc je n'aurais pas à comparer. Merci Valérie d'en parler.

    RépondreSupprimer
  12. C'est une période qui m'intéresse mais ton avis peu enthousiaste ne me donne pas spécialement envie de lire ce roman du coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons qu'elle a écrit bien mieux mais il est dans le carré final du Goncourt des lycéens.

      Supprimer
  13. C'est une auteure dont je lis systématiquement tout ce qu'elle publie. Je lirai donc celui-ci (d'autant que mon père a "fait" la guerre d'Algérie).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton point de vue n'en sera que plus intéressant.

      Supprimer

Le ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Dumas

... leur plus grande douleur et leur plus grande joie confondues jusque dans leur définition devenue unique mais innommable faute d'...